• Attendez-vous à entendre ce genre d'expressions dans la bouche de Gérard Holtz cet hiver : "Buggy bio", "Voiture écolo", "Pilote militant du climat". Il y aura en effet une voiture roulant au bio-éthanol sur le rallye Lisbonne Dakar 2008.
    Le bolide sera conduit par Philippe Gallois, qui a convaincu "l'aventurier" Nicolas Vannier (celui qui a fait transporter de la glace à Moscou pour amener sur la place rouge le traineau de son Odysée sibérienne), de le parainner, tellement l'initiative va aider à sauver la planète. Des preuves de cela s'il en fallait encore ? La voiture est peinte en verte ! Mais il n'y a pas que cela : d'abord, le pilote a créé un label pour les bâtiments "qui s'engagent concrètement sur la voie de l'environnement"; le sponsor, Gazeley est un "opérateur immobilier qui conçoit des bâtiments logistiques à vocation durable". Alors ? Convaincus ? Et pour parfaire la couche de peinture verte sur cette belle venture humaine pas du tout polluante etjamais meurtrière, la coque est biodégradable, les pneus sont "verts", les planches de désensablage sont en chanvre, la peinture est "environnementale" (je suis preneur de toute définition de ce terme employé comme ça!), le pot d'échappement est sans bruit, et le filtre à air est en papier... pirouette, cacahouète! Et si je vous rajoute des panneaux solaires et de la peinture photovoltaïques, la vous allez me dire que ça fait trop... et pourtant c'est vrai !
    Alors, ça vous en bouche un coin, hein ! Un argument de moins pour ces raleurs d'écolos qu'on entend tous les ans en janvier... Surtout que le Dakar à fait son bilan carbone. Et que l'an dernier, les moteurs de la course ont SEULEMENT généré autant de CO2 qu'une journée sur le périph' parisien...
    Puisqu'on vous dit qu'il est vert! N'ayez plus d'états d'âmes à admirer les paysages!


    votre commentaire
  • Il y a deux ans, tout juste rentré d'un "huit" dans une usine agro-alimentaire (des viennoiseries d'une grande marque) pour aller préparer ma matinale sur Radio Campus Rennes (88.4 FM), j'avais écrit ça (c'est loin d'être génial mais ça introduit bien le sujet dont je voulais parler. Je sais, l'intro est plus longue que le propos. Et alors. Si avoir un blog c'est pas pouvoir renverser les conventions, je rend mon tablier de parrain de ces lieux!):

     

    J'vais vous raconter une histoire. C'est l'histoire d'un croissant. Enfin, un croissant... Au début de mon histoire, ce n'est encore qu'un bébé viennoiserie. En fait, c'est un triangle de pâte, maintes fois tourneboulé et enroulé sur lui-même par une machine assez assourdissante, à peine précuit par une autre, et pseudo-congelé à la hâte avant d'être conditionné. Il me sera passé une dizaine de tonnes de ses petits frères croissants au cours de cette nuit à l'usine... eh oui, une nuit à l'usine car la politique éducative de nos jours fait rimer de plus en plus étudiant avec intérimaire. Bref, vous conviendrez, si vous voulez bien qu'on revienne a nos croissants, qu'on fait plus sexy comme début de vie. Pourtant, ce petit croissant encore a moitié cru et n'ayant qu'à peine commencé sa... croissance, a de fortes chances de faire un long, long, long voyage. Parce que l'entreprise qui le fabrique se targue d'exporter pour des hôtels et des supermarchés jusqu'au Japon, il va prendre, la route, puis les airs, toujours congelé, dans des compartiments réfrigérés que l'on sait très peu gourmands en énergie, surtout quand c'est par avion! Pour en arriver à quoi? Pour que vous, qui vous réveillez avec nous, ou le client à col blanc d'un 4 étoiles de Tokyo, puissiez croquer gaiement dans des croissants, peu coûteux, au goût douteux, à consommer sous peu...
    Mais peu coûteux jusqu'à quand?
    Car les experts retraités de l'industrie pétrolière comme les économistes, les vrais, pas ceux qui vendent leur soupe nasdaq Caca-rente empoisonnée s'accordent a le dire à des oreilles sourdes: nous vivons la toute fin du pétrole bon marché.
    -Tu as dit bon marché? Insolent!!!
    -Oui, c'est ça msieur Ernest-Antoine. Bon marché.
    -Donc tu n'as pas bien écouté ce que j'ai dit cette semaine à la radio: j'ai dit que j'étais inquiet face au prix élevé du pétrole, qui vient de battre de nouveaux records a New-York et Tokyo. Elevé, ça veut pas vraiment dire bon marché si?
    -Non, mais avoir la main sur un des plus inflents groupes de lobbying en France n'est pas censé signifier borné et sourd, or, vous semblez refuser, avec bien d'autres, certes, de voir en cette constante hausse des cours les signes avant-coureurs de la fin du pétrole facile à extraire et donc peu coûteux a mettre sur le marché. Car ça voudrait dire remettre en cause trop de choses dans votre système de pensée.
    Alors vous devez avoir raison. Continuons à offrir des billets d'avions à des croissants pas cuits et soyons insouciants... c'est pas encore pour aujourd'hui qu'il sera moins aberrant de produire sur place en moins grande quantité que de faire du bon gros travail a la chaîne dispatché par gros porteurs hydrocarburophages...
    Alors soyons heureux en attendant et commençons une nouvelle journée à l'ecoute du 88.4 de Radio Campus. Toute façon j'men fous, j'viens en vélo...

    Ce que j'avais découvert pendant les quelques nuit que j'ai
    passées dans cette entreprise, Nikolaus Geyrhalter l'a filmé, en pire, dans une bonne dizaine d'usines et lieux de production agricoles d'Europe. Les machines qui fabriquent et préparent ce qu'on a dans notre assiette sont impressionnantes et hypnotisantes. Le résultat, sans commentaires ni paroles, s'appelle Notre pain quotidien . Courez-y!


    2 commentaires
  • ... ou comment un blog peut-il être gratos. Grâce à la publicité que
    nous finançons quand nous achetons un ou des produits... Je paie donc
    ce blog, autant que vous. Même si nos degrés de consommation ne sont
    probablement pas exactement les mêmes. Est-ce indispensable...
    peut-être quand on accepte de vivre dans une société où la rentabilité
    est une religion. Mais arriver sur un blog (mon blog que je viens de
    créer... un peu à la hâte, certes) qui en UNE demande au visiteur:
    "TROP D'IMPÔTS", c'est beaucoup... Veuillez me pardonner ce mauvais
    choix de fournisseur dont découlent des interférences visuelles et
    intellectuelles inoportunes... Hopla! A bientôt


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique